La Performeuse

I - Le Bateleur

La performance "Je tombe avec toi" ouvre le film. C’est à partir de cette action que le monde se crée, que l’on peut partir dans les méandres de l’inconscient, là où les symboles ont toutes la place qui leur revient. Cette performance a été écrite pour un ami qui, dans ce même film, interprète l’Arcane sans nom. Les aiguilles qui couvrent le corps, sont méticuleusement placées pour agrafer des pétales de roses blanches. Au moment d’enlever les aiguilles, le sang coule et tache le pétale blanc. La lame "La Performeuse" remplace le Bateleur, mais prend la même signification. Tout est en puissance dans l’action performative. Tout est possible, tous les outils et l’apprentissage de soi peuvent démarrer d’une action symbolique. C’est donc le Bateleur qui va devenir toutes les lames, apprenant de lui-même à travers le monde, en se fondant à ce monde, se transformant profondément dans la matière et le cosmos. Ici c’est la performance qui démarre l’action et la performeuse qui en est la protagoniste, tout comme nous sommes toutes et tous protagonistes de notre vie. Ici la "Performeuse" est l’arcane qui donne un sens sacré à ses actions.

Le Bateleur dans le tarot de Marseille a cette faculté d’être le petit premier de la classe, qui démarre dans la vie et qui a tous les atouts pour démarrer : sa table, son denier pour matérialiser ses projets, son chapeau ouvrant les possibles vers l’infini il est très rusé et peut jouer de ses talents comme il l’entend. Il représente souvent un vendeur à l’étalage, un magicien ou un comédien. Son pantalon bicolore sous la table signifie qu’il ne montre pas tout, il cache bien des choses, dont il n’est pas encore conscient. Il débute. Et c’est ce début qui donne à ses actions tous les possibles. La performance a cette capacité : celle d’être en action mais surtout toujours débutante, en puissance. Elle exagère tout, extrapole et se sert de ce qu’elle a dans le réel pour construire un discours. Elle est souvent confondue avec la comédie, le théâtre mais n’a pas tout à fait la même fonction. Elle ne divertit pas, elle interroge, elle remet en question, elle bouleverse les codes car elle utilise les éléments réels de son environnement pour créer du sens et "réveiller". La performance est un espace à soi qui communique avec le monde par l’intermédiaire d’une émotion vécue et non jouée, choisie et non subie. Si l’aiguille doit traverser la peau, elle le fera. Elle ne simule pas. C’est toute la différence avec le cinéma ou la théâtralisation. Elle franchit un cap, une frontère, une limite. Elle transgresse. Elle est un rituel alchimique.