La Justice

VIII - Mireil et Fanny

LLa Justice est une carte assez froide. Elle représente la vérité, l’équilibre des choses, la fatalité d’une certaine manière. Dans le tarot de Marseille, elle est représentée par une femme extrêmement vêtue et ornementée, de manteau, de balance, d’une épée… j’ai choisi de tout épurer. Comme pour la Papesse, au lieu de mettre une seule représentation, j’ai choisi de mettre deux femmes nues, prenant un bain de pages de Bible dans du lait qui se répondent comme face à un miroir. La Bible est un outil qui sert à jurer afin de dire la Vérité dans certains pays. Elle symbolise le sacré, la Loi, la règle qui ne faut pas transgresser. La Justice est une mère froide qui tranche avec son épée de manière frontale et directe. Ici elle est symbolisée par le lait et le bain qui devienne un bain de jouvence, un moment où toutes formes de décision sera un prétexte pour se donner ce que l’on mérite enfin. Les pages de la Bible sont brulées pour souligner cet arcane du côté du soleil, du feu, de son origine divine. Le littéralisme de l’interprétation de la Bible en occident et dans certaines communautés religieuses, enlève la puissance du message originel et conduit au mensonge du dogme. Les deux modèles qui performent la Justice marchent ensemble comme une seule et même personne, liées et décidées. Elles sont en équilibre, un fil tendu, chorégraphié lentement par leurs gestes froids, regardant face à la caméra, mais aussi face à face : c’est l’impitoyable dualité du monde qui se rencontre, deux mondes qui communiquent ensemble, comme dans le chiffre 8 qui couché à l’horizontal représente les O reliés, le lemniscate qui circule à l’infini.

Elles sont toutes deux modèles. L’une a quitté le monde de la mode, dans lequel elle a été pendant 9 ans, depuis ses 15 ans, pour aujourd’hui créer sa marque de cosmétiques biologiques. La seconde est nouvellement modèle, mais ce depuis le film, qui lui a donné envie d’aller plus loin dans la représentation et la mise en scène d’elle-même.


Fanny m’a confié avoir quitté ce monde de la mode qui l’a immergé dans la drogue et dans lequel elle ne voyait plus vraiment d’issues, jusqu’à ce qu’elle rencontre une personne qui l’a invité à se reconnecter à elle-même par le biais du véganisme et du respect de la nature. Elle a donc changé ses habitudes pour se donner ce dont son corps avait besoin : cette nourriture spirituelle matériellement amenée par le respect de l’écologie. Sorcière qui soigne tous types d’animaux, Fanny connaît les secrets des plantes médicinales et invente toutes sortes de produits qui font du bien. Justice de soi et de l’environnement, elle incarne ce qu’elle performe. Le lait utilisé pour cette scène, est un lait de soja qui l’a rassuré durant sa performance. Mireil est une danseuse calme et discrète qui s’est prêté au jeu de la performance sans trop savoir où elle embarquait. Finalement, malgré sa timidité et sa pudeur, elle a trouvé dans cette expression une manière de sortir de sa bulle pour explorer de nouvelles manières de s’exprimer. Le face à face dans la performance montre bien cette dualité : l’une au regard dur et sure d’elle-­‐même face à face avec son contraire, plus timide, réservé et doux. Le contraste de leur regard est ce qui les relie : une dualité que l’on pense parallèle mais qui fait partie du même assemblage, les deux faces d'une seule et même carte.